Clip Tristana

Date du tournage : avril 1987 (5 jours)
Lieu de tournage : Vercors (France), Studios Sets à Stains
Réalisateur : Laurent Boutonnat
Synopsis : Laurent Boutonnat et Mylène Farmer
Traduction Russe : Tania
Durée : 11'33
Production : Alain Grandgérard, Laurent Boutonnat, Movie Box, Polydor & Polygram Music
Budget : environ 70 000 euros
Chef opérateur : Gérard Simon
1er assitant réalisateur : François Hanss
Montage : Agnès Mouchel
Costumière : Carine Sarfati
Chef maquilleur : Nicolas Degennes
Photographe de plateau : Christophe Mourthé
Chevaux : Jean-Pierre Blache
Dressage des loups : Gaëtan Baley
Acteurs : Sophie Tellier (la tsarine), Vladimir Ivtchenko (Rasoukine), Sacha Prijovik (le moine)


>Clip présent sur : Les clips - Volume I, Music Videos
06/05/1987 - Projection du clip en avant-première (Paris - Cinéma UGC Normandie)
16/05/1987 - 1ère diffusion du clip (Les enfants du rock - A2)


Dans un chateau au milieu des plaines de Russie, une tsarine écoute son fidèle serviteur lui annoncer que la révolte gronde. Mais ce qui préocuupe la tasrine est de savoir si elle est toujours la plus belle du royaume. Le moine lui répond que la jeune Tristana, d'après ce que l'on dit, est pplus belle. Folle de rage, la tsarine ordonne au moine de la tuer et de lui ramener sa peau de pêche. Dans la forêt enneigée, Tristana s'amuse avec son amoureux, Rasoukine. Mais le moine et les cosaques arrivent. Rasoukine, qui tentait de la protéger, se fait taillader la joue à l'épée. Folle de chagrin, Tristana prend la fuite et roule dans la neige. Elle est recueillie dans une maison par sept nains, qui l'hébergent et la nourrissent. Le moine rapporte à la tsarine l'épée qui a tué Rasoukine. Celle-ci lèche le sang qui la macule, ses yeux se révulsent, et des images d'archives apparaissent à l'écran : Lénine faisant des discours enflammés, un peuple révolté. Au petit matin, alors que les nains vont travailler, Tristana est songeuse. La tsarine, les yeux toujours révulsés, s'approche d'elle. Tristana, endormie, est réveillée par le rire de la tsarine, qui lui jette une pomme à la figure. Les nains accourent aux cris de la tsarine. La Tsarine prend ensuite la fuite, mais elle finit dévorée par les loups. Les nains, au chevet de la belle Tristana, sont inconsolables. Rasoukine entre dans la pièce et dépose un baiser sur les lèvres de Tristana. Avec les sept nains autour de lui, il porte Tristana dans ses bras, vers un lieu ensoleillé et enneigé. On retrouve le moine mort de froid dans la neige. Tristane rit au soleil et joue avec la neige.

Le tournage a été éprouvant pour toute l'équipe, 15 heures de tournage par jour dans le froid.
Ce long clip scénarisé revisite le conte des frères Grimm, Blanche Neige et les sept nains en transposant l'histoire dans la Russie de la révolution d'octobre 1917.
Dans une interview, le directeur de la photographie Gérard Simon donnait les deux influences du clip : Pour Tristana, c'était un curieux télescopage : la trame narrative de Blanche-Neige et les sept nains mêlée à l'univers du Docteur Jivago de David Lean.
A noter la présence dans le clip d'images d'archives en noir et blanc de la révolution d'octobre 1917 ainsi qu'un portrait de Marx accroché aux murs dans la chaumière des nains.
En mélant ces images en noir et blanc aux images en couleur, Laurent a voulu faire un doux-mélange. C'est un clin d'oeil." (Mylène Farmer).
André Bouchet, l'un des nains du clip est devenu célèbre grace à Fort Boyard sous le nom Passe-Partout.
Mylène a joué toutes les scènes, sans doublure, y compris pour la scène dans laquelle elle dévale une pente enneigée.
Mylène a dédié le clip à son père.
Mylène parle en russe (le clip est sous-titré en français).

En 1988, le clip Tristana est nommé aux Victoires de la Musique. Le trophée est remporté par les Rita Mitsouko pour le clip C'est comme ça réalisé par Jean-Baptiste Mondino.

Extrait de la feuille route du tournage :


Tristana Tristana Tristana