Clip Pouvu qu'elles soient douces

Date du tournage : fin août 1988 (5 jours pleins)
Lieu de tournage : Forêt de Rambouillet, dans les Yvelines
Réalisateur : Laurent Boutonnat
Synopsis : Laurent Boutonnat & Gilles Laurent
Durée : 17'52
Production : Jean-François Casamayou, Laurent Boutonnat, Toutankhamon, Casa Films, Polydor & Polygram Music
Budget : environ 750 000 euros
Adaptation anglaise : Sandy Whitelaw
Conseiller historique : Jean-Louis Viau
Directeur de la photographie : Jean-Pierre Sauvaire
Montage : Agnès Mouchel
Décorateur : Franck Lagache
Perruques : Laurent Caille
Cascades chevaux : Mario Luraschi
Photographe : Marianne Rosenstiehl
Acteurs : Sophie Tellier (la Rivale), Yann Babilee (le capitaine Alec Parker), Sandy Whitelaw (Mr. Swift), David Sadler Hall (le petit tambour)

Clip présent sur : Les clips - DVD Volume I, Music Videos
6/10/1988 - Projection du clip en avant-première (Paris - Cinéma UGC Normandie)
07/10/1988 - 1ère diffusion du clip (Nulle part ailleurs - Canal +)


Nous sommes en pleine guerre de Sept ans, un détachement de l'armée Britanniques est perdu en France alors qu'il croyait rejoindre l'armée Prussienne en guerre contre la coalition franco-austro-russe. Un soldat et un petit tambour de l'armée anglaise découvrent le corps de Libertine et de son amant. Libertine est encore vivante et transportée vers le campement anglais. Le capitaine Parker décide de lui rendre visite dans la tente où elle se repose. Aguiché par le corps de Libertine, il soulève le drap et découvre ses fesses. Malheureusement, le petit tambour assiste à la scène. Il sera fouetté pour punition, mais Libertine arrive et s'interpose. Le capitaine lui tend alors le fouet, mais c'est à lui que Libertine décoche un énorme coup au visage. Assis sur une chaise, le capitaine oblige Libertine à s'habiller d'un costume de soldat, ce qui lui permet de revoir ses fesses. Libertine s'échappe et prend la fuite en volant un cheval. Le capitaine la poursuit à travers les champs.
L'armée française embusquée conclue un marché avec des prostituées, dont la Rivale de Libertine, qui doivent distraire et saoûler les soldats anglais. Pendant ce temps, Libertine et le capitaine font l'amour sous le regard espion du petit tambour. Au matin, l'une des prostituées fait signe à l'armée française qui passe immédiatement à l'attaque. Alors que le combat fait rage, la Rivale abbat le capitaine anglais sous les yeux de Libertine. Fou de rage, Libertine se jette sur la Rivale et les deux femmes se battent dans la boue. Libertine transperce la Rivale avec une épée et la tue.
Au milieu du champ de bataille, le petit tambour semble être le seul survivant de l'armée anglaise. Alors qu'il s'avance vers les rangs français, un grand cheval noir s'arrête devant lui. Sur le cheval, Libertine qui arrache le petit tambour de la scène. Les troupes françaises se retirent. Le petit tambour va vivre…

Ce court-métrage est la suite de Libertine réalisé en 1986. Il débute par l'image qui concluait le clip Libertine.
600 figurants chosis dans l'armée française et 50 techniciens ont particpé au clip.
Jean-Louis Viau, un conseiller historique est présent durant tout le tournage.
On retrouve Sophie Tellier qui jouait déjà une rivale de Libertine dans le clip de 1986.
La référence du clip est Barry Lindon de Stanley Kubrick.
A cause du bicentenaire de la Révolution française en 1989, il y a eu au moins 20 films qui se tournent en ce moment sur ce sujet et on a eu un mal inouï à trouver des habits de l'époque : Mylène Farmer dans OK du 03/10/1988.

La grenouille du générique du début est un clin d'oeil voulu par Laurent Boutonnat car c'est ainsi (frog, grenouille en anglais) que les Anglais surnomment les Français.
Des pompiers étaientt présents pendant toute la durée du tournage pour la sécurité d'autant que des feux de camp étaient organisés. La gendarmerie était aussi présente afin d'éloigner des inconnus, la foret étant accessible au public.
Mylène et Laurent Boutonnat ont fait appel à Mario Luraschi pour les chevaux. Mylène sera doublée pour certaines scène à cheval (les plus dangereuses) mais c'est bien elle qui se bat dans la boue avec sa rivale dans le clip, Sophie Tellier. Elle restait parfois dans l'eau jusqu'à Minuit tremblante de froid.

Clip Pourvu quelles soient douces